La face cachée de la cybercriminalité

Bien souvent, dans la littérature scientifique ainsi que dans les articles de journaux, les cybercrimes y sont décrit comme étant des actes commis anonymement. Ces crimes apparaissent comme étant de nouveaux défis que la criminologie et les agences policières n’ont jamais vus, en raison de l’anonymat et l’ubiquité des délinquants.

Cette perception de la cybercriminalité obnubile le fait que les cybercrimes sont réellement commis physiquement par des individus. C’est pourquoi les chercheurs Lusthaus et Varese se sont intéressés à la dimension hors-ligne et locale de la cybercriminalité. Pour se faire, ils ont réalisé une étude de cas en Roumanie, considérée comme une source importante de production de cybercrimes, afin d’explorer la dimension hors ligne et locale de la cybercriminalité dans ce pays.

Précisément, ils ont visité les trois lieux suivant : Bucarest, Râmnicu Vâlcea et Alexandrie en septembre 2014 et en mars 2015. Les visites ont consisté à des entrevues et des observations de terrain. Au total, ils ont rencontré des cybercriminels, un pirate informatique, des policiers, des professionnels de la cybersécurité issus du secteur privé, des journalistes et plus encore.

Après avoir analysé les entrevues et leurs observations, ils sont arrivés aux conclusions suivantes :

–          La cybercriminalité possède une dimension hors-ligne et locale importante.

–          Parfois, la cybercriminalité de grande échelle prospère grâce aux réseaux sociaux hors ligne, comme ils ont observé dans le cas roumain. 

–          Le manque de mesures efficaces mises en place par les agences policières est un facteur considérable dans l’échec du contrôle de la cybercriminalité. La cause n’étant pas uniquement la notion d’anonymat de ces crimes. En bref, cet article permet de mieux comprendre les cybercrimes en ajoutant une nouvelle dimension importante dans son interprétation. Effectivement, l’ajout de la dimension hors ligne et locale a un impact considérable dans la réaction et le contrôle mis en place par les agences de contrôle de la loi. Sans oublier l’apport de cet article pour la littérature scientifique permettant de mieux décrire et conceptualiser ce phénomène, les chercheurs précisent également la pertinence et l’importance de ne pas oublier l’aspect physique et concret derrière la commission de ces crimes.

Pour citer l’article: Lusthaus, J. & Varese, F. (2017). Offline and Local: The Hidden Face of Cybercrime. Policing: A Journal of Policy and Practice, Volume 15(1),4-14. https://doi.org/10.1093/police/pax042

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *